Claire Bergerault

| L'Echelle de Mohs |


L'échelle de Mohs et Thomas Chatard

Nouveau projet 2010
L'Echelle de Mohs et Thomas Chatard
Cinéma expérimental

Claire Bergerault : voix, accordéon
Fabrice Favriou : guitare, batterie, objets
Thomas Tilly : dusty vinyls, contacts mics, speakers

Itinéraire...

Modelée par le principe d'improvisation totale et par la dynamique des matières qui la compose, la musique de l'E.D.M. est massive et granuleuse. Ses formes instables, alternances de magmas sonores et de filigranes électroacoustiques, savent aussi se faire minimalistes et maîtrisées, formes abstraites peuplées de matières concrètes.

Les trois musiciens, déjà actifs depuis de nombreuses années dans le champ de la recherche musicale et de l'improvisation, se réunissent, pour plusieurs sessions de travail au début de l'année 2003.

De part la diversité de leurs influences musicales allant du rock le plus extrême à la musique contemporaine en passant par la poésie sonore et les musiques électroacoustiques, ils donnent dés leur rencontre une forme originale et radicale à la formation. Cette démarche caractérisera l’orientation artistique du groupe lors de ses productions futures.
EDM La formation se produit pour la première fois au Carré Bleu de Poitiers en 2004.Au terme d'un second concert programmé par Jazz à Poitiers, à l’occasion de la nuit des clubs 2006, l'Echelle de Mohs édite un disque qui sera par la suite soutenu par le distributeur international Metamkine.
Forte de cette expérience et de plusieurs concerts réalisés par la suite, notamment lors du festival NPAI, le groupe réalisera en 2007 une tournée en France et en Suisse dont une date à la mythique CAVE12, à Genève, haut lieu des musiques expérimentales en Europe.

A travers l’Echelle de Mohs, Fabrice, Claire et Thomas matérialisent le fruit de réflexions menées tout au long de leurs recherches musicales personnelles. Questionnant entre autre sur la notion de physiqualité du son et de ce fait sur le statut du spectateur dans le lieu de représentation, l’E.D.M. est un laboratoire constant, s’adaptant aux salles de concerts en en travaillant l’acoustique. La structure et la construction musicale, ici détournées, se posent alors comme l’affirmation d’une esthétique sonore propre, privant l’auditeur des schémas musicaux habituels.